La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de DISIC sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1240

DISIC  Compte vérifié
#1240, le 18/11/2014 - 21:59

L’Etat plateforme ou comment concevoir de nouveaux services publics numériques

La Direction Interministérielle des Systèmes d’Information et de Communication (DISIC, la DSI de l'Etat) construit actuellement les fondements de l’Etat plateforme, une architecture favorisant la création de services publics numériques d’un nouveau type. Cette stratégie de transformation du SI de l’Etat présuppose que c’est à l’administration de réunir les différentes données de l’usager nécessaires à ses démarches, et de lui offrir en retour des services quasi prêts à l'emploi. Des services centrés sur ses besoins, et non issus du découpage organisationnel des structures administratives.

Le document de référence est disponible ici. Il présente les grands principes de l’Etat plateforme : ouverture des API par les grands fournisseurs publics de données, circulation des données entre administrations, contrôle des flux par les usagers grâce à France Connect (système  d’authentification et d’identification des usagers reconnu par toutes les administrations en ligne).

Dans les jours qui viennent, nous extrairons et soumettrons plusieurs propositions directement issues de l’Etat plateforme et de ses fondamentaux.
 

6 arguments pour ∨

Bordeaux Métropole - Direction du numérique
#3080, le 26/01/2015 - 15:31

Une plateforme de service d'agglomération

Ce projet d'Etat plateforme, couplé au niveau de maturité atteint par les administrations locales en
termes de services numériques, peut devenir le point de départ de nouveaux projets en relation
avec les usagers pour les collectivités territoriales et établissements publics locaux. Bordeaux
Métropole travaille à un projet de portail de services numériques permettant à l'usager d'accéder à
tous les services administratifs de la commune, de la métropole, du département, de la région, et
aussi en lien avec les délégations de service, des opérateurs de transport, et encore de
partenaires administrateurs de services à l'usager comme EDF, les bailleurs sociaux, les
promoteurs.... Ce type de portail doit être parfaitement personnalisable afin de répondre au besoin
de chaque usager et intégrer un système de coffre-fort numérique permettant de consigner les
documents administratifs et les rendre accessibles à la carte.

ludosim
#2561, le 08/01/2015 - 00:02

Evidemment pour ! C'est d'ailleurs ce qu'essaye de faire Pole Emploi en voulant lancer son Emploi Store. Malheureusement, l'intention ne suffit pas. Devenir une plateforme nécessite 3 choses : une vraie ouverture des données, une méthode agile et design, et une capacité de coopération avec les utilisateurs de la plateforme (les développeurs). 3 qualités dont sont dépourvus Pole Emploi et la plupart des grandes organisations privées et publiques à l'heure actuelle.

Jean NOEL
#1719, le 29/11/2014 - 15:01

Je rejoins Alain Garnier pour souligner l'intérêt de cette initiative.

Cette approche plate-forme couplée à des appels à projets collaboratifs -ou non- ciblés financés par le PIA, ou les grands utilisateurs directement, pourrait permettre à de nombreuses PME et startups de contribuer ou porter des projets innovants, avec une approche directement orientée sur les besoins des utilisateurs (open innovation), et un débouché à la fois concret et très motivant: l'amélioration des services publics.

Les Pöles de compétitivité et les groupements d'entreprises pourraient servir de diffuseurs de ces appels à projets et d'agrégateurs de projets.

La sécurisation et la partie gestion des identités pourrait faire l'objet d'un partenariat d'innovation avec des éditeurs de logiciels certifiés qualifiés par l'ANSSI tels que ceux réunis dans le Groupement Hexatrust. Ceci permettrait en particulier de garantir la neutralité/indépendance des données au standard français et européen. 

Alain Garnier
#1382, le 23/11/2014 - 12:01

Au nom de l'association EFEL, j'appuie tout à fait l'initiative. Comme l'explique très bien Jean-Pierre Duval.

Et nous sommes près à ce que les 80 membres fournisseurs de solutions soient en première ligne pour co-construire, tester et implémenter ces APIs et France Connect.

A la dispo de la DISIC!

Jean-Pierre DUVAL
#1277, le 20/11/2014 - 10:28

Cette initiative est vraiment une bonne idée.

J'espère que la solution sera architecturée autour d'un modèle métier de niveau système d'information qui sera indépendant de tout aspect technique et de tout choix de mise en oeuvre ou d'exploitation - déploiement fixe ou mobile, usage interactif ou traitements de fonds, usage en interne pour les fonctionnaires ou via une application pour les citoyens.

Une bonne approche serait de commencer par deux ou trois thématiques "coeur de métier" des services de l'Etat, quand à faire assez disjoints, puis de développer incrémentalement le modèle. Dans une logique de démarche agile et réactive.

Ce modèle métier urbanisé, articulé autour d'un bus numérique, devrait être exposé au travers d'API rendues publiques et regroupées en interfaces thématiques. Chaque interface est en quelque sorte un contrat de services entre le fournisseur numérique (l'Etat ou les collectivités territoriales) et le client numérique (l'Etat, les collectivités territoriales, les entreprises ou le citoyens).

Ces interfaces métiers seraient déclinées pour les trois ou quatre principaux langages informatiques les plus utilisés, de la sorte à pouvoir brancher les applications existantes (sous réserve d'écrire l'adaptateur adéquat) ou celles à venir.
Nous recoupons donc le sujet de l'Open Data.

Les informations, gérées par les systèmes informatiques mettant en oeuvre les services numériques, seraient conservées dans un Cloud privatif propre à l'Etat (pour la souveraineté numérique) pour lequel chaque citoyen aurait un compte unique lié à sa déclaration civile (numéro Insee) et un médium unique de communication avec l'Etat ou les collectivités locales (un peu comme une boîte mail).

Ainsi :
- Chacun (ou plutôt chaque application) pourrait y puiser ou l'alimenter via un Edi métier pour les données des services de l'Etat.
- Chacun (ou plutôt chaque application) pourrait faire appel aux services numériques de l'Etat via un Eai agile (WebServices).

Le premier bénéfice pour le citoyen serait d'éviter de produire de l'information en n exemplaires auprès des services numériques de l'Etat. Le second bénéfice serait d'avoir un guichet unique de façon thématique via l'application dédiée.
Le premier bénéfice pour l'Etat, outre l'économie en coûts par la mutualisation, serait d'apporter de la fluidité dans ses services (et pas seulement ceux numériques), donc de se décloisonner. Le second bénéfice serait l'indépendance vis-à-vis de la technique, du fait de l'urbanisation, ce qui permet de faire évoluer plus aisément les systèmes informatiques sans tomber dans les travers de Onp ou Louvois.

Les éditeurs de logiciels de l'associations Efel sont prêts à contribuerr dans cette direction.

Colin LORRAIN
#1588, le 26/11/2014 - 23:16

De bonnes initiatives ! Moi je dis Bravo !

Concernant la remarque de @Xipad, elle est importante. Il me semble qu'on va dans le bon sens pour l'instant, mais il faudra rester vigilants !

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Xipad
#1357, le 21/11/2014 - 23:36

"Cette stratégie de transformation du SI de l’Etat présuppose que c’est à l’administration de réunir les différentes données de l’usager nécessaires à ses démarches".
Ceci aboutirait à concentrer les données à caractère personnel d'une seule personne concernée dans une seule "banque carrefour" aboutissant à un profilage énorme.

Il serait judicieux pour le citoyen de pouvoir s'y opposer.

Je ne souhaite pas que lorsque je cherche un emploi on sache que j'ai été malade par le passé etc... Le citoyen doit avoir un moyen de savoir qui accède à ses données à caractère personnel.

La consultation est fermée

  • Jean-Pierre DUVAL
    le 20/11/2014 - 10:52

    Efel

    Site internet

    Entreprendre en France pour l'Édition Logicielle : le cluster d’éditeurs français de logiciels qui réunit des entreprises et des personnalités de l’écosystème d’innovation français dans le but de faire émerger les champions de demain.

La consultation est fermée