La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Pierre Pfister sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1371

Pierre Pfister
#1371, le 22/11/2014 - 10:11

Identité numérique et service public numérique pour tout les citoyens

De la même manière que chaque citoyen dispose d'une carte d'identité, tout citoyen devrait avoir le droit à l'obtention d'un moyen d'identification numérique sécurisé (certificat SSL, notamment utilisé par les pages web sécurisées). Cette identité numérique permettrait à chaque citoyen de s'identifier de manière sécurisée vis à vis des services publics et administrations, mais également de particulier à particulier, tant par le billet des sites webs ou de l'envoi d'emails authentifiés. De cette manière, les trop nombreuses démarches nécessitant un déplacement, ou l'envoi d'une photocopie de la carte d'identité, pourraient être faites en ligne.

Au même titre, chaque citoyen devrait avoir accés à une adresse email fournie par l'état ainsi qu'à un éspace de stockage sécurisé pour les documents importants (fiche de paie, déclaration d'impots, etc...).

Ces éléments formeraient le socle commun vers la numérisation progréssives des échanges entre citoyens et services publiques.

3 arguments pour ∨

Étienne Béatrix
#2867, le 22/01/2015 - 09:33

Je voudrais aller un cran plus loin dans la proposition. En France, tous les citoyens doivent avoir une adresse physique, ne serait-ce que pour recevoir, entre autres, les documents des administrations (formulaire de déclaration de revenus, infractions au Code de la route, etc, etc...). On ne peut se marier, déclarer une naissance, se présenter devant la justice, déposer plainte, acheter un bien immobilier, etc... sans fournir une adresse physique.

Pourquoi ne pas adapter cette obligation faite au citoyen et donner valeur obligatoire et légale à l'adresse électronique personnelle et sécurisée fournie par l'État selon la proposition ci-dessus ?

Toutes les communications de l'État vers ses citoyens pourraient se faire par ce biais, qui deviendrait la voie normale, ayant valeur légale. Une adresse électronique est plus sûre qu'une boîte aux lettres dans la rue et plus personnelle (véritablement individuelle). Une fois cette adresse fixée (sinon pour la vie, du moins pour très longtemps - cas du changement de nom), il n'y a plus rien à gérer : pas de transfert de courrier quand on déménage, pas de transfert non plus quand on est temporairement à l'autre bout du monde, etc...

On peut imaginer de nombreuses solutions pour les personnes qui ne vivent pas/plus dans le monde numérique, comme il en existe pour ceux qui ne peuvent, seuls, gérer une adresse physique personnelle, quelle que soit la raison (précarité, sénilité, etc...).

L'obligation d'adresse physique avait tout son sens dans la France du Code civil. Il est temps, avec les technologies d'aujourd'hui de moderniser cette obligation.

Amar LAKEL
#2807, le 19/01/2015 - 14:43

C'est à mes yeux la seule est unique contribution structurale. EN 2004 la Carte d'Identité Electronique fut abandoinnée car elle avait été pensée comme un énorme dispositif de surveillance et de contrôle fortement dangeureuse pour les libertés civiles. Les citoyens s'était fortement mobilisés contre.

Nous pouvons facilement imaginer un système de signature électronique léger comme celui de la carte bleue. Entrer les   chiffres de sa carte d'identité ainsi qu'un mot de passe personnalisé et un code à 4 chiffre forunit par un service municipale électronique qui joue le rôle de tier authentificateur.

Un dispositif des plus simples et très peux couteux qui vaudrait signature électronique sauf contestation de l'usager en mairie ou par téléphone. Chaque transaction "délicate" pourrait être renforcer par l'envoi d'un email/sms avec lien sécurisé pour validation.

Le monde du ecommerce a fait d'énorme progrés en matière d'identification. C'est qd même pas compliqué en utilisant les mairies comme tiers à la place des banques (et pourquoi pas d'ailleurs ?)

 

Aurelien VANWELDEN
#2347, le 19/12/2014 - 11:43

Ce système est utilisé notamment en Norvège où je vis en ce moment. Les déplacement physiques sont limités et particulièrement efficaces. L´expérience utilisateur & citoyenne en ressort grandie et la force de travail est recentralisée sur le traitement des demandes, permettant une meilleure efficacité du côté administration.

En 2014 il semble aberrant que les demandes administratives les plus simples ne soient pas gérables életroniquement.

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Bordeaux Métropole - Direction du numérique
#3093, le 26/01/2015 - 15:45

La contrainte de sécurisation d'un portail unique

L'usager-citoyen doit être identifié dans le cadre d'une relation de proximité, avec sa
ville/métropole en premier lieu. Ceci n’exclut en aucun cas la mise en place de fonctionnalités
facilitant l'authentification entre différents services publics à l’équivalence de ce que fait MSP.
Par ailleurs, il convient que l'usager soit et reste maître de ses informations et des accès qui ont
lieu sur celles-ci. L'État peut parfaitement définir les règles, et lui-même ou les collectivités de taille
suffisante mettre en place ces services afin d'atteindre le niveau de confiance indispensable.
En revanche, il ne semble pas nécessaire que toutes les données soient dans un unique portail
rendant ce dernier particulièrement sensible. Seul le niveau de confiance doit être totalement
partagé, sans qu'il n'y ait nécessité d'un compte unique.
L’arrêté téléservice du 4 juillet 2013 est un bon guide pour définir ce type de service aux usagers.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée