La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Gilles Bellamit sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1432

Gilles Bellamit
#1432, le 24/11/2014 - 12:24

Cloud d'état

De mon point de vue, la DISIC a une approche par la donnée en vue de simplifier la communication entre l'état et le citoyen. C'est un chantier long et extremement couteux mais ce ne devrait pas être le seul.
Au sein des administrations se joue la problématique de posséder en interne un cloud souverain , un cloud d'Etat. C'est une problématique d'architecture (avant que de données) et l'enjeu est maintenant pas demain sinon chaque ministère va construire son propre cloud souverain. Je souhaiterai, à titre personnel, que la DISIC fasse une offre en la matière, charge à une structure de raccrocher des bouts en fonction des opportunités. (Pas d'approche "projet global"). L'approche "solution cloud etat" simplifera l'approche "donnée"

3 arguments pour ∨

Thomas Seraphin
#3008, le 25/01/2015 - 08:50

Ce G-Cloud peut se transformer en une formidable opportunité  pour générer des économies d’échelles dans le financement de l’ e-Administration et des gains d'efficience.

Il faut aussi s'interroger sur la stratégie juridique poursuivie en amont par les administrations dans leurs acquisitions de brique logicielle qui privilégient bien souvent une option A ( A25 CCAG-PI, concession non exclusive des droits de PI à la personne publique désignée)  ou une option B  trop rarement  associée  à une redistribution associée sous des licences libres  : cette démarche constitiue un frein considérable à la constitution d'un patrimoine numérique interministériel. De plus sous  le régime option 1, les mêmes briques sont souvent revendues à plusieurs administrations qui ne disposent pas des droits pour les mutualiser ou les redistribuer. 

Pour favoriser la constitution d’un patrimoine numérique (capital Techno + SI) commun au secteur public via l’offre de G-Cloud, il me semble indispensable de mettre en place des mesures incitatives pour les administrations qui s'investisseront dans des projets générateurs d'économies d'échelle.

Ces mesures incitatives doivent pouvoir aboutir à iun changement de paradigme: en l'état le pouvoir adjudicateur va payer plus cher s'il  prévoit une redistribution sous une licence libre ou a minima une mutualisation sur un G-Cloud plutôt que de conserver les sources acquises ''dans un tirroir''. Il y a probablement plusieurs centaines de millions d'€ à économiser. 

Cédric André
#2316, le 18/12/2014 - 17:15

Permettre à chaque citoyen d'avoir un coffre fort numérique duquel il puisse donner l'autorisation d'accès à certaines pièces dans le cadre d'une consultation ici de pôle emploi, là de la trésorerie ou de la CAF... Bref mettre toute l'administration de chaque citoyen en ordre et à portée de clic des administration sous la bonne garde des usagers 

Colin LORRAIN
#1587, le 26/11/2014 - 23:00

Pour ce que j'en ai lu, il me semble que la mise en place de la DISIC va dans le bon sens. Avoir une infrastructure mutualisée au niveau de l'état et un pilotage transversal des grands projets pour permettre un meilleur mutualisation sont des vecteurs d'économies importants !

Pour autant, il me semble qu'il ne faut pas négliger les échelons plus petits, car ils sont aussi une source de gaspi importante. Je pense notamment aux mairies qui selon leur taille n'ont pas forcément les moyens de se doter d'outils appropriés et qui chacune avancent au petit bonheur la chance. Un cloud leur permettrait déjà d'avoir accès a une infrastructure a moindre cout, mais il y a aussi des sources d'économies possibles au niveau logiciel !

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée