La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Propositions dans le débat public sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #689

Propositions dans le débat public  Compte vérifié
#689, le 29/10/2014 - 10:58

Favoriser les projets informatiques de taille moyenne et agiles, façonnés à partir des attentes des usagers

  • Privilégier, au recours à des projets gigantesques et risqués, des projets de taille modérée, capables de s’adapter adaptables au fur et à mesure de leur mise en application.
  • Utiliser en amont et au cours des projets des voies de participation pour que les usagers communiquent leurs besoins (suivant l’exemple du TechFAR Handbook aux Etats-Unis).

4 arguments pour ∨

Bordeaux Métropole - Direction du numérique
#3079, le 26/01/2015 - 15:29

Le numérique induit un refondement des pratiques de l'administration

La modernisation numérique de l'action publique, pour être réussie doit être dynamique, s'adapter
en fonction des besoin recensés, aussi bien en interne qu'en externe (usagers et entreprises).
Chaque niveau de chaque administration est concerné. Un réflexe « numérique » doit être mis en
place. L'objectif final est de faciliter la vie des usagers et de permettre à l'administration d'être plus
efficace et réactive face aux évolutions de la société.
La manière de faire des collectivités territoriales et des établissements publics doit être repensée :
la gestion de projet doit pouvoir s'adapter au domaine numérique et à l'innovation. Les principes et
règles de la commande publique doivent être bousculés aussi afin de s'adapter à ces nouveaux
modes de fonctionnement et permettre de favoriser l'aboutissement rapide des projets ainsi que l'innovation.

Alain Garnier
#1380, le 23/11/2014 - 11:54

Quand on parle d'agilité il faut aussi parler de vitesse. Un projet va vite si il s'appuit sur 90% de standard et 10% de spécifique. Et quand on regarde des projets de taille raisonnable, on trouve des outils logiciels qui répondent au besoin et donc permettent d'aller vite à déployer, tuner, tester et valider la démarche. Y compris -comme avec le Cloud- sans devoir investir lourdement dans la techno.

 

MokDer
#1082, le 10/11/2014 - 08:24

J’ajouterais que pour la réalisation et le pilotage de ces projets, les entreprises du numériques devraient être privilégiées.

Wildturkey 974
#1035, le 08/11/2014 - 07:32

Il serait souhaitable de mixer les équipes avec des petites start-ups innovantes qui pourraient apporter des solutions inédites et rapides à mettre en place pour faire évoluer les systèmes. La participation des usagers me semble en effet indispensable car ce sont eux qui voient en priorité les dysfonctionnements : il faut donc leur proposer une réflexion guidée par des thèmes de réflexion afin qu'ils puissent faire ressortir les points d'amélioration.

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Fhal
#1190, le 17/11/2014 - 18:13

Le gouvernement américain a certes façonné le Digital Services Playbook, élégante compilation de 13 principes de développement agiles et "user-driven".

Mais il doit aussi publier un deuxième document,le TechFAR handbook, 4 à 5 fois plus long pour expliquer comment jongler avec les règles d'achat public pour mettre ceci en oeuvre (et il ne s'attaque même pas à l'autre versant du problème, les RH). Il y a comme un problème, non ?

En France, c'est potentiellement pire. Quand on veut appliquer le principe #7  du DSP ("bring in experienced teams"), la réponse en France sera trop souvent "vous n'y pensez pas, le contrôleur financier s'y opposera avec la dernière énergie".

Il y a des choses à faire rapidement pour déserrer ce carcan :

- autoriser des CDD 6 mois hors plafond dans le cadre d'un programme "Code for Government", explicitement liés à l'adoption par l'administration hôte de méthodes agiles et "lean".

-pour les recrutements de développeurs, faire dépendre la rémunération de l'expérience et non du niveau de diplôme. Rappel : les codeurs autodidactes de Xavier Niel, pour certains non dipômés, ne se verraient proposer que la rémunération la plus basse.

- inscrire au catalogue de l'UGAP des prestation de conseil et d'accompagneemt en agile et en lean.

-certifier des SSII en "agile spécial administration" et leur faciliter la réponse aux marchés publics.

- créer et partager des modèles de CCAG et de CCTP "agiles" pour le recours à la sous-traitance.

- former et reconnaître les innovateurs au sein de la maîtrise d'ouvrage qui acceptent de prendre le risque d'être "product owner".

La bonne volonté ne manque pas au sein des administrations. Mais... "give us the tools, and we will finish the job", pour reprendre l'appel de Winston Churchill aux Américains en 1941.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée