La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de kermartin sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #904

kermartin
#904, le 03/11/2014 - 21:43

Favoriser l'émulation et la collaboration entre collectivités

Mettre à disposition des collectivités une plate-forme d'échange de bonnes pratiques et d'outils

2 arguments pour ∨

Patrick Gendre
#2449, le 22/12/2014 - 15:26

D'accord, mais d'accord aussi avec Fhal (mais on ne peut pas poster un argument "mitigé"...) :
plus qu'une plate-forme de bonnes pratiques, il faut trouver des solutions concrètes pour mutualiser les développements et certaines ressources entre l'état, les collectivités et leurs établissements.
Et notamment arriver à financer correctement les logiciels libres métier :
- c'est indiqué dans d'autres contributions http://contribuez.cnnumerique.fr/debat/100/avis/1243 ou http://contribuez.cnnumerique.fr/debat/100/avis/1398
- c'est le travail initié par exemple par l'ADULLACT https://adullact.org/association

Nicolas
#917, le 03/11/2014 - 22:43

À compléter, mais l'idée de mettre à disposition des collectivités une plate-forme "standardisé" pour augmenter leur contact et efficacité.

Logiciel open-source et recommandation de fonctionnement.

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

Fhal
#1298, le 20/11/2014 - 16:31

Un autre problème que cette plateforme n'adresserait pas est le financement.

Il faudrait peut-être étendre cette plateforme à du financement participatif entre administrations, de sorte que l'on puisse co-financer simplement un développement mutuellement bénéfique, peut-être par des appels à contributions financières ou en nature entre administrations sur des développements et des outils.

Si un développement pouvait devenir une charge partagée et donc moindre (à défaut d'un centre de profit), cela inciterait les commanditaires à voir un peu plus loin que leur besoin entendu au sens strict et à voir d'un meilleur oeil la réalisation d'une API ou de code explicitement réutilisable.

Ces choses-là ont un coût, et ce n'est pas en en faisant supporter l'intégralité à l'administration commanditaire qu'on incite leur émergence.

Au contraire, un financement mutualisé et a priori pourrait abaisser le risque a priori du porteur principal et permettre des résultats plus ambitieux. Ce serait d'autant plus vrai si cette plateforme participative permettait de monter des petits tours de table sur la base d'une procédure administrative simplifiée.

 

Fhal
#1296, le 20/11/2014 - 16:25

Il ne faut pas croire qu'il n'y a pas déjà un certain niveau de "réseautage" entre entités publiques, ou de fédération autour de problématiques métier (géomatique, par exemple) ou d'outils spécifiques. La plateforme risque donc d'être un peu redondante avec des communautés existantes.

D'autant que le problème ne se situe pas forcément là : un organisme peut avoir une expertise de développement très pointue, mais sous-utilisée, là où l'organisme voisin a un cruel besoin de cette expertise mais devra passer un marché public pour un résultat incertain. J'ai vu des ergonomes web pointus s'ennuyer à faire de la publication éditoriale pendant que d'autres entités publiques voisines payaient des sociétés privées pour des prestations d'ergonomie.

Ne peut-on pas développer une plateforme de consultance interne entre administrations pour permettre des détachements de courte durée sur des missions, voire une mutualisation de certaines compétences rares ?

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée