La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Wildturkey 974 sur le débat « Transformation numérique des relations entre administrations et usagers des services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1045

Wildturkey 974
#1045, le 08/11/2014 - 10:40

Croiser les bases de données de toutes les administrations et faciliter les échanges d'informations pour constituer un dossier unique virtuel et personnel

L'objectif premier doit être à mon sens de chasser toutes les tâches parasites non productives effectuées chaque jour par les agents d'état et des collectivités territoriales afin de leur permettre de dégager du temps pour mettre plus de valeur ajoutée dans leur travail.

Par exemple, toutes les photocopies effectuées dans les administrations pour la constitution des dossiers des usagers devraient être bannies et remplacées par la mise à disposition du même document dans sa dernière version fournie par une connection vers le service émetteur.

Tous les documents les plus importants devraient être placés dans un coffre fort personnel sécurisé avec un accès avec un identifiant unique accessible à toutes les administrations et dans lequel toutes ces administrations puiseraient toutes les informations dont elles auraient besoin pour constituer leur dossier. Ainsi, on supprimerait des tâches ingrates, sans intérêt pour aucune des parties prenantes et génératrices de pertes de temps pour consacrer ce temps à la résolution du problème que l'usager présente à l'agent.

La plupart du temps, une administration réclame des documents pour constituer leur dossier qui proviennent d'autres administartions, ceci en passant par l'intermédiaire de l'usager qui va récolter ces informations sur le site des différentes administrations émettrices et les remettre à l'agent qui va constituer un dossier physique avec éventuellement des photocopies à faire. Nous pourrions facilement courcircuiter l'étape usager et constitution du dossier papier par l'agent pour aller directement à la constitution d'un dossier virtuel entre administrations, ce qui permettrait de recevoir plus de monde aux guichets ou de traiter les dossier plus en profondeur lors des rendez-vous.

Aujourd'hui, plus personne ne se pose la question de la pertinence de la feuille d'impôts pré-remplie qui évite bien de bévues de la part de l'usager, alors pourquoi ne pas s'échanger les informations numériques en fonction des besoins de chaque administration ?

Chaque mois, les documents de ce coffre fort numérique seraient mis à jour automatiquement à partir des administrations émettrices : que de temps gagné !

2 arguments pour ∨

Jérôme Humbert
#1691, le 28/11/2014 - 14:56

Bonjour et d'accord, sous réserve du consentement éclairé du propriétaire de la donnée : le citoyen.
Par consentement éclairé il faut comprendre que le citoyen comprend ce qu'il accepte et les conséquences.
Les prinicpes du "opt in" et du droit au changement d'avis me semblent fondamentaux.

Jean-Pierre DUVAL
#1287, le 20/11/2014 - 14:57

Bonne idée, mais la Cnil l'interdit...

Même la police ou la gendarmerie ne peut le faire entre les personnes recherchées, les véhicules volés, etc.

La consultation est fermée

5 arguments contre ∨

Bordeaux Métropole - Direction du numérique
#3094, le 26/01/2015 - 15:47

La contrainte de sécurisation d'un portail unique

L'usager-citoyen doit être identifié dans le cadre d'une relation de proximité, avec sa
ville/métropole en premier lieu. Ceci n’exclut en aucun cas la mise en place de fonctionnalités
facilitant l'authentification entre différents services publics à l’équivalence de ce que fait MSP.
Par ailleurs, il convient que l'usager soit et reste maître de ses informations et des accès qui ont
lieu sur celles-ci. L'État peut parfaitement définir les règles, et lui-même ou les collectivités de taille
suffisante mettre en place ces services afin d'atteindre le niveau de confiance indispensable.
En revanche, il ne semble pas nécessaire que toutes les données soient dans un unique portail
rendant ce dernier particulièrement sensible. Seul le niveau de confiance doit être totalement
partagé, sans qu'il n'y ait nécessité d'un compte unique.
L’arrêté téléservice du 4 juillet 2013 est un bon guide pour définir ce type de service aux usagers.

SanzN
#2805, le 18/01/2015 - 14:07

Le numérique transforme, à n'en pas douter, les modes de relations entre usagers et administrations.
Ces modes relationnels doivent équilibrer les rapports entre ces deux acteurs : en cela, il est inenvisageable, selon moi, de court-circuiter l'un d'eux, l'usager qui plus est, devant une administration numérique donc hyper puissante.

L'administration n'a de légitimité que si elle confère des droits : des droits valables pour toutes et tous. Ces droits ne sont ni des privilèges ni des assistances ou disparités instituant une stigmatisation à laquelle il faudrait se soumettre.
L'institution d'un droit à justifier par un particularisme auquel il faudrait se conformer n'élève pas la dignité à laquelle l'administration doit être attachée dans son fonctionnement même.
C'est pourquoi l'idée d'un cloisonnement m'interpelle : ne faut-il pas revenir aux fondamentaux qui légitiment la fondation d'une sphère publique à côté et en lieu et place de ce qui appartient à la sphère privée ? Comment techniquement mettre en évidence cette frontière public / privé.

Christine MAUPAS
#2747, le 16/01/2015 - 14:35

Big Brother encore ! Vite, la CNIL !

Ca fait des années qu'on parle du dossier "0 papier" mais la dématérialisation a augmenté plus vite que le papier n'a diminué. Sûr qu'on arrivera à moins de papier mais une administration sans papier me laisse perplexe car c'est donner carte blanche au numérique, lequel est loin d'être sécurisé. Le coffre fort personnel sécurisé est un doux rêve.

De plus, la dématérialisation entraîne une perte d'informations qui ne rentrent pas dans les cases, toutes ces petites choses qui humanisent un dossier.

Que les administrations communiquent entre elles via un réseau et une procédure uniformisé, chouette ! Chacune conserve ses secrets professionnels et en gère la diffusion dans la légalité et sous contrôle du juge.

Mais le dossier virtuel personnel unique n'a pas fini de faire parler de lui aussi, avec toutes ses dérives possibles. Surtout si le privé s'en mêle.

Jeanne
#2505, le 02/01/2015 - 14:56

Dans mon service public.fr le principe existe déjà mais les administrations ne l'utilisent pas. Et ne répondent pas aux "contacts". Il faut améliorer ce système en mettant d'office les contacts nécessaires et dire qui a accès à quels documents.

Colin LORRAIN
#1589, le 26/11/2014 - 23:25

D'accord sur le principe du dossier usager. Pour autant il faut garder certains cloisonnements. On pourrait au moins envisager qu'un agent n'ait accès qu'à certaines parties d'un dossier unique.

Pour ma part, je pense qu'il faudrait avoir un dossier unique par grand domaine (santé, justice, fiscalité, emploi, état civil...). De plus, même d'un point de vue de la réalisation, le système sera moins monolithique.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée