La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Ivan Beraud sur le débat « Transformation numérique des relations entre administrations et usagers des services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1702

Ivan Beraud
#1702, le 28/11/2014 - 16:32

Penser les services publics en terme d'usage et non de services

Les enjeux du numérique sont identique pour les administrations et les entreprises. Comme ces dernières les administrations doivent penser leurs relations aux usagers non en silo "services publics par services publics" ou "demande par demande" mais en terme d'"usage" c'est en à dire en un ensemble cohérent et unique mêlant intimement biens, services et (système d') information.
Pour prendre un exemple, la délivrance d'un passeport sécurisé pourrait être inclus dans un usage plus large de l'"identité" qui inclut bien entendu in fine la délivrance d'un passeport, mais qui pourrait passer par la sauvegarde des documents qui permettent de le délivrer (pour pouvoir le redélivrer de partout dans le monde immédiatement en cas de perte ou de vol), de lien avec l'identité numérique (pour pouvoir ensuite faire une demande de renouvellement à distance). Au total cet usage permettrait à la fois de décliner son identité dans le monde réel mais également à distance pour prouver son identité tout en offrant des services supplémentaire en matière de sauvegarde de document, de redélivrance ou de renouvellement. L'ensemble de l'usage peut trouver toute sa pertinence si il est associé à un réseau de proximité (Par exemple La Poste) pour faire la demande, enregistrer une première fois les pièces justificatives et effectuer la délivrance physique, à un opérateur privé ou public pour la gestion de l'identité numérique et évidement en lieu avec les service d'état civil pour l’authentification des pièces et de l'imprimerie nationale pour la confection du passeport sécurisé.

Cet exemple pourrait être multiplié à loisir dès que la production de pièces justificatives provient d'une administration (par exemple justifier d'un niveau de revenu pour une bourse d'étude, les prestations ou tarifs sous condition de ressource etc...).
En pensant en terme d'usage, celui qui délivre le service n'est pas forcement celui qui en a la maîtrise "politique". Rien n'empêche d'imaginer qu'une prestation sous condition de ressource puisse être réglé par le centre des impôts qui fait la vérification.
In fine l'irruption de l'usage redéfini, comme pour le secteur concurrentiel, la composition de l'usage, qui produit ses composantes, qui assure l'intégration et qui au final le délivre au citoyen-usager ? La question de la rémunération globale ainsi que de chaque partie prenante est également posée.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée