La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Justine Marg sur le débat « Transformation numérique des relations entre administrations et usagers des services publics ».

Retourner au débat

La contribution #2609

Justine Marg
#2609, le 12/01/2015 - 11:30

Répondre au décalage entre les attentes des administrés et la maîtrise du numérique par les agents

Au niveau national et dans les faits, la France est l’un des pays les plus performants et avancé en matière de services publics en ligne. De plus, depuis quelques année nous entrons dans l’ère de la dématérialisation des supports administratifs. C’est une nouvelle tendance qui est inévitable. Aussi, l’administration est amenée inexorablement à évoluer et à intégrer de plus en plus les pratiques numériques.

De plus, les administrés utilisent quotidiennement l’outil numérique, celui-ci devient donc largement maitrisé par la majeur partie de la population. Aussi, elle s’attend à ce que l’administration évolue aussi rapidement qu’elle en matière numérique. 

Cependant, il n’est pas toujours facile pour les agents d’intégrer cette nouvelle culture du numérique dans leur quotidien professionnel.  Chaque agent, à son niveau, doit être amené à travailler avec l’outil numérique. Il est donc impératif de permettre aux employés de la fonction publique d’apprendre à l’utiliser. Une mauvais maîtrise de l’outil numérique rendrait difficile les échanges entre agents et administrés, en attente de plus de technologie. 

Comment répondre à ces attentes ? Cela passe forcément par la formation, qu’elle soit initiale ou continue. En effet, pour pouvoir comprendre, intégrer et participer au développement de la modernisation de l’action publique par le biais du numérique, il est évident que les agents doivent être formés afin de s’adapter à cette nouvelle culture.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Christine MAUPAS
#2720, le 16/01/2015 - 10:04

A la DGFiP, il existera toujours un décalage entre l'informatique privée et l'informatique administrative, du fait des procédures légales à suivre, du fait du secret professionnel qui couvre nombre de fichiers et applications informatiques et du fait du contrôle des agents.

Sur ce dernier point, nous constatons cette différence selon que nous soyions sur Internet Explorer ou sur Mozilla. Avec Internet Explorer, très contrôlé, des images ou des pages entières ne s'affichent pas à l'écran depuis l'ordinateur au bureau. C'est le cas pour cette consultation depuis mon bureau, ce qui me semble un comble. Et Mozilla sur mon ordinateur administratif offre moins de possibilités que ce même Mozilla sur mon ordinateur privé. Cette forme de censure, difficile à comprendre pour l'agent, alourdit les consultations et ne le place pas sur un pied d'égalité avec le contribuable. Ce n'est donc pas qu'une question de mise à niveau informatique des agents, mais aussi de restrictions de l'usage informatique qui ne sont pas toutes justifiées.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée