La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

La contribution #2900

FNCCR
#2900, le 23/01/2015 - 15:24

Numérique et gouvernance territoriale Un travail titanesque, pour des collectivités de toutes tailles et aux moyens limités :

La ville intelligente devient peu à peu une réalité, en matière d’environnement, de gestion de l’énergie, de gestion des transports et du stationnement, avec une offre de services connectés de plus en plus étoffée et des services publics de plus en plus accessibles via le guichet dématérialisé : les investissements nécessaires sont importants, mais, bien plus encore, les choix techniques et la complexité des mises en œuvre requièrent de la prudence et du discernement.

Les collectivités doivent jouer un rôle majeur dans le développement des usages, tant sur l’expression des besoins et leur analyse, que par leur participation à la définition, à la mise en place et à la gestion (en tant que participantes, notamment en termes de financement) des différentes plateformes de services qui doivent être dimensionnées et gérées dans la durée.
Les collectivités sont préoccupées par la mise en œuvre d’outils et d’infrastructures numériques qui permettent de lutter contre la désertification de certains territoires dans de nombreux domaines (éducation, médical, économique, culture, etc.
Elles doivent aussi faire preuve de réalisme en favorisant le développement et la diffusion de de services en fonction de la réalité des besoins : de ce point de vue, la collectivité est le bon interlocuteur, car elle connait et analyse les problématiques posées au bon niveau : en fonction de l’administré, de l’entreprise, du salarié, etc.
Parmi les facteurs d’adoption et de développement d’un usage numérique, la collectivité doit procéder à une évaluation en fonction de nombreux paramètres :
- Les économies (d’échelle) pour la collectivité,
- La simplification des relations avec les acteurs économiques,
- La simplification des relations avec les administrés,
- La simplification des relations avec l’Etat et les autres administrations (en intégrant la question des échanges avec les autres strates de collectivités ?)
- La facilité d’utilisation, avec des solutions techniquement « simples »
- L’accompagnement à la mise en œuvre, par des actions de formation et de médiation, par une animation du dispositif
- La pérennité des solutions (maintenance et évolution garanties dans le temps)
- L’absence de prise de risque à l’utilisation, grâce à un environnement de confiance.

Enfin, la collectivité doit rester garante de l’existence et de la mise à disposition des infrastructures de réseau et de plateformes neutres, au bénéfice de tous les acteurs.

1 argument pour ∨

roldan76
#2995, le 24/01/2015 - 18:27

le Numérique doit être vu  comme un atout pour alléger le coût du mille-feuilles administratifs. Il conviendra de faire de la pédogogie pour combattre les croyances (syndicales)  qui voient l'ordinateur (comme le robot) comme un facteur de destruction d'emplois  (suppression de cotisants !)  alors que c'est l'inverse  car on pourrait exporter  notre "génie Numérique"

En "croisant des fichiers" comme le font les Belges , l'ordinateur devrait être vu  comme un puissant outil de lutte contre la fraude ( 30  à 40 milliards de fraude à la TVA  par des mécanismes de  carrousel) ? Au lieu de çà , la France chasse les fraudeurs en "manches de lustrine" par sondages, avec des recoupements sur listings ...on est  toujours en retard  d'une guerre  et les milliards de TVA  non collectés obligent à raboter  les Allocations Familiales de la classe  moyenne.   Ne parlons pas des "doublons"  d'analyses et des  fraudes à la Sécu  ( montant estimé  égal au déficit)

Tout çà oblige à une une pression fiscale  toujours  plus lourde sur les  honnètes gens.  C'est lamentable....  

Il faut aussi  bousculer la CNIL  qui protège .....les escrocs car l'honnête homme, lui, n'a pas  grand-chose  à cacher à une Administration qui connait  déjà  tout de lui ....

On voit qu'il y  aurait  du  boulot  pour une Fonction Publique pléthorique.  Il y aurait de quoi  rapprocher  l'Administration de ses administrés.... Qu'attendent les Ministres et députés pour s'atteler  à ces chantiers ?  D'être balayés aux prochaines  élections   pardi  !

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée