La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

La contribution #2903

FNCCR
#2903, le 23/01/2015 - 15:28

Numérique et gouvernance territoriale Mutualiser : quelles priorités ?

La mutualisation nécessite d’abord de poursuivre jusqu’à leur terme les importants efforts en cours pour créer des infrastructures : réseau (FTTO, FTTH, …), des équipements connectés à ces infrastructures (datacenters, salle serveurs, cloud, …) et les services associés (outils collaboratifs, hébergement, supervision, …), en favorisant les partenariats public-privé.

La montée en compétences des équipes techniques est également une priorité importante, au même titre que la formation et l’accompagnement au changement des administrations.

Les processus de dématérialisation en cours doivent aller vers une exécution sans rupture (sans rematérialisation), ce qui n’est pas une mince affaire, chaque acteur ayant tendance à ignorer les contraintes des autres acteurs d’un processus.

La définition de bouquets de services cohérents, à la fois via la généralisation de certains services (Mon Service Public.fr, par exemple), mais aussi par la mises en œuvre de guichets uniques, adaptés aux territoires, devra respecter un objectif absolu de lisibilité et de simplicité pour l’usager, à l’image, par exemple, des applications que nous connaissons déjà sur nos téléphones mobiles.
L’enjeu est alors de créer les conditions permettant aux multiples applications à venir, de communiquer, et ce, d’autant plus qu’elles seront dédiées à l’intérêt général. Pour obtenir cette lisibilité auprès de l’usager final, sa confiance dans les procédures, une « charte » de valeurs communes autour du partage, du bien commun, et de la protection de ces données personnelles sera à créer. Car le plus important au-delà de la mutualisation des coûts d’hébergement, d’optimisation des procédures,…, c’est la mise en œuvre d’un écosystème autour de la fourniture de services, dans un mode « gagnant-gagnant », qui respecte l’ensemble des parties prenantes, avec une transparence des coûts et des tarifications.

S’agissant des acteurs économiques, il est nécessaire de développer et anticiper les offres qui leurs sont destinées (il s’agit de la capacité à anticiper et donc à mettre en œuvre une politique d’offre de services). De ce point de vue, les outils collaboratifs, le co-working, et, plus généralement, la capacité des acteurs à interagir, à partager leurs informations, sont de précieux atouts.

Enfin, le cadre de confiance doit être garanti :
o Généralisation de la signature électronique
o Généralisation de la sécurité des échanges
o Généralisation du RGS (référentiel général de sécurité)
o Garantie de protection des données personnelles
o Développement de l’identifiant unique déjà présent dans plusieurs pays européens

La transversalité entre les acteurs doit être développée, à toutes les échelles d’un territoire, pour mettre en réseau les métiers du social, de la voirie, de la culture, etc., et bien sûr favoriser le croisement de ces thématiques. Pour permettre des liens entre les personnes, entre les services, il sera nécessaire d’avoir sur les territoires des interlocuteurs qui ont acquis la confiance localement. Ces interlocuteurs peuvent être associatifs (Living Lab, FabLab, Cantine,…), publics (collectivités, syndicats informatiques, régies,…), privés (entreprises de TIC, coopératives, entreprises diverses), l’essentiel étant de bâtir la confiance, car l’évolution culturelle qui est en cours crée de plus en plus de questionnements, et les réponses n’étant pas encore là, le fait de les chercher ensemble permet de construire une solidarité territoriale et des débuts de réponses.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée